Films

Parcourir / Roaming

Décembre 2020, Autriche, 6’04

Une dérive onirique qui interroge la notion d’habiter. “La maison est notre coin du monde” (Bachelard, La Poétique de l’Espace).

Peuplades / Tribes

Juin 2017, Autriche, 12’13

Les hommes de culture occidentale vivent sur des chaises. Ne pouvant limiter leur corps à la position assise et leur envie de mouvement, certaines peuplades refusent la sédentarité, et tentent alors de domestiquer la chaise. Ils adaptent, en tout lieu, à chaque instant, leur mobilité et leur comportement aux possibilités de cette flexion du corps, à la recherche d’ une nouvelle forme d’existence, d’une nouvelle identité.

Fernweh / Heimweh

Ciné-concert, 46min.

Crée à partir d’images d’archives personnelles et de rencontres accidentelles, le film vascille entre l’envie de voyager et le mal du pays, de haut en bas, entre l’intérieur et l’extérieur, ou était-ce le contraire? C’est la douce poésie d’un passant sur le désir et la confusion humaine. C’est un composite d’expériences résiduelles, une histoire de voyageurs, au-delà de l’espace et même plus loin.

Le songe d’un film / The Dream of a film

Vidéo glitch, 2014, 1’15

Le film est basé sur l’esthétique du glitch qui consiste à faire vibrer les pixels en surchargeant le CPU de mon ordinateur. Des personnages pétrifiés contemplent des paysages instables. Anonymes et creux, ils sont piégés dans la matière numérique qu’ils examinent.

Confusion / Discomposure

Vidéo glitch, 2014, 0’53 min

Une reprise de la scène d’amorce du Parrain de Francis Ford Coppola, dans laquelle une personne est assassinée dans la foule. Les pixels forment une matière cannibale. Le médium affiche son pouvoir signifiant.